dimanche 15 août 2010

809 - le 13 Septembre Station Maroc - Nouakchott - 535 km


Le départ  de la station service ne s'est pas fait trop tôt car il n'y a que 80 km à parcourir et la frontière n'ouvre qu'à 9 heures...
Une fois arrivée, nous avons attendu .. puis une petite organisation s'est mise en place au bureau de police de sortie après une petite bousculade ou chacun veut grapiller une place devant l'autre....
De toute manière ce sera long.... et 1h30 après nous franchissons la frontière marocaine pour entrer dans le non man's land... où des rabatteurs attendent pour proposer du change, de l'assurance ou de guider à travers les pistes multiples....
J'ai changé 50€ au cours de 300uia ...alors qu'au poste frontière on change officiellement à 330: DONC NE PAS CHANGER.
J'ai fait confiance à un MUSTAPHA.... qui m'a paru correct et j'ai eu raison, il m'a fait préparé l'assurance pendant que je faisait les formalités d'entrée et changé à nouveau - officiellement cette fois - pour avoir des preuves de change en cas de contrôle de police.
Ce n'est que vers midi que nous avons pris la route de Nouakchott sans avoir à passer par Nouadibou....L'objectif pour moi était de ravitailler en carburant à la station service située entre les deux villes.... Hélas, une fois arrivé, il n'y avait plus d'essence....prochain ravitaillement de la station dans deux jours.... Mais, ma bonne étoile était avec moi parce que mes compagnons de voyage de lyon avaient une réserve de 25 litres dans leur voiture essence et ils m'ont dépanné....
Sur le chemin, chose incroyable, il faisait chaud - de l'ordre de 38 à 45° en absolu et des flaques d'eau parfois importantes s'étalaient sur le bord de la route... A un moment d'ailleurs, l'eau recouvre la route.... A cet endroit, il y avait deux carcasses de véhicules en choc frontal: j'imagine les dégâts humains...
Beaucoup de contrôle de police sur la route...et à chaque fois remise d'une fiche de renseignements que j'avais heureusement préparé en grand nombre.
Arrivée dans la capitale vers 17 heures et direction l'auberge du sahara ... que je n'ai pas apprécié malgré la gentillesse des gens. C'est sale, décrépi, pas entretenu au minimum et cher.... On sent bien que le touriste constitue une vache qu'il faut traire au maximum...
Petite surprise sur mes jambes... une foultitude de boutons que j'ai mis - à juste titre parce qu'ils ont disparus quelques jours plus tard à Bamako- sur le compte de la chaleur....
Un conseil pour ceux qui roulent à moto... restez couvert et mouillez vous abondamment les vétements à l'intérieur du blouson pour éviter de se déshydrater...
Pour le repas, pas grand chose à se mettre sous la dent... une pizza...
J'ai commençé la nuit sous la tente bédouine... puis assailli par les moustiques et trempé de sueur dans mon sac à viande... j'ai pris une chambre climatisée à l'aide d'un moteur d'avion...mais j'ai pu dormir....

Aucun commentaire: